Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:15

Cette réponse fait suite à l'article paru dans Ouest-France le 6 octobre 2010

 

 

Certains propos tenus par Madame le Maire relèvent, une nouvelle fois, de manipulations électoralistes qui consistent, simplement, et une fois de plus, à se présenter en victime à quelques semaines des élections partielles fixées au 5 et 12 décembre 2010.

 

Voici, en quelques lignes, nos réactions à ces allégations calomnieuses.

 

(Les propos du Maire, transcrits dans l'article du 6 octobre, figurent ici en italique. Suivent nos réponses, en bleu).

 

 

 

"La commune s'est certes endettée suite à de gros investissements. Il est donc temps de faire une pause (...) J'estime aussi que nous devons agir selon nos moyens sans étrangler nos concitoyens par une fiscalité trop lourde. "

 

Nous n'avons jamais souhaité accroître la pression fiscale sans qu'elle ne soit justifiée par un programme d'investissements sur le mandat, réfléchi et défini à l'avance par l’ensemble du Conseil municipal.

 

Ne nous leurrons pas : si la municipalité a dû augmenter la fiscalité, ce n'est que pour financer les investissements déjà réalisés ou en cours. Le nouvel emprunt contracté par la Commune et voté en Conseil le 30 septembre dernier sera d’ailleurs entièrement consacré à la fin des travaux de la Médiathèque et de la place Veillard.

 

 

"On assiste à un désengagement de plus en plus net de la part de l'Etat. Les finances des collectivités devraient donc se réduire"

 

Le principe du gel des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales a été voté pour 3 ans. Le reste n'est que pure politique fiction tant que nous ne maîtrisons pas les tenants et les aboutissants des réformes à venir.

 

 

 

(Interpellée par le journaliste de Ouest-France sur le manque de concertation) :

"J'en suis atterrée (...) Est-ce normal par exemple qu'un Adjoint aux Finances prépare le budget sans le Maire ? J'ai découvert, comme les autres élus, son projet budgétaire en commission !"

 

 

Voilà un sujet qui mérite qu'on s'y attarde (voir aussi l'article sur la préparation du Budget 2010) :  

  • · un calendrier proposé par l'Adjoint aux Finances dès novembre 2009, validé par Madame le Maire et l'ensemble des Adjoints 

  • · une méthode de travail proposée par l'Adjoint aux Finances dès novembre 2009, validée par Madame le Maire et l'ensemble des Adjoints
     
  • · un long travail de préparation, en amont de la Commission des Finances, effectué par l'Adjoint aux Finances en liaison permanente avec la comptable de la Commune

  • · des exposés organisés par l’Adjoint aux Finances en Conseil municipal (un sur l’ « Etat des lieux début 2010 », l’autre sur une « Prospective pour 2010-2014 », tous basés sur des chiffres officiels, repris notamment dans les documents du Trésor Public)

  • · 7 réunions de la Commission des Finances entre fin janvier et fin mars 2010, animées par l'Adjoint aux Finances : faute d'être un indicateur de réussite, ce triste record illustre au moins la volonté de concertation et de sensibilisation à la situation par cet Adjoint.

 

L'Adjoint aux Finances a donc travaillé avec le souci constant de :

  • · partager l'information

  • · fournir aux élus le maximum d’éléments pour qu’ils puissent décider de manière éclairée.

 

Madame le Maire avait accès à l'ensemble des données, disponibles auprès de la comptable : 

  • · elle pouvait à tout moment solliciter l'Adjoint aux Finances ou la comptable pour approfondir tel ou tel élément

  • · elle pouvait également recevoir une copie des documents échangés quasi quotidiennement par voie électronique entre l’Adjoint aux Finances et la comptable : mais il faut savoir que Madame le Maire a toujours refusé d’utiliser la messagerie électronique (si celle-ci ne remplace pas "le contact humain", il est difficile de nier son utilité pour échanger rapidement des informations)
  • · et pourtant, Madame le Maire n'a JAMAIS posé la moindre question.
     

 

Elle choisit ici, une nouvelle fois, la victimisation et ses propos sont pour le moins navrants !

 

L'Adjoint aux Finances a consolidé toutes les demandes qui lui sont parvenues, à évalué différents scénarii à partir de ces dernières : le résultat de ce travail est tout sauf un Projet Budgétaire, Madame le Maire !

 

La mission de l’Adjoint aux Finances consiste à organiser, à consolider, à analyser, à mettre en perspective, à expliquer, à interpeller … mais en aucun cas à décider seul.

 

Madame le Maire chercherait-elle à faire oublier qu’elle a surtout pris conscience, tardivement, de la réalité de la situation suite :

  • · au travail de la Commission des Finances
  • · aux exposés de l’Adjoint aux Finances en Conseil municipal 

C'est de Madame le Maire que nous attendions tous un Projet Budgétaire (voir l'article sur les Débats d'Orientation Budgétaires).

 

D'ailleurs, nous l'attendons encore …

 

 

"Je suis intervenue sur ce dossier de façon autoritaire, mais j'estime que certains investissements proposés n'étaient, pour l'instant du moins, pas prioritaires"

 

Gérer les finances d'une commune, c'est avant toute chose prévoir, planifier, hiérarchiser les dépenses et anticiper leur financement.

 

Nous avions fait des propositions dans ce sens au moment de la réflexion sur les grands axes du Budget 2010 (voir les articles sur le sujet : la préparation du Budget 2010, les Débats d'Orientation Budgétaire). Ces propositions n'ont pas été retenues, ni même entendues.

 

Pourtant, pour certaines d'entre elles, il y avait (et il y a toujours) urgence (par exemple la réalisation d'un audit sur l'état de l'unique salle de sport de Saint-Aubin-du-Cormier et les possibles améliorations à y apporter - elles sont nombreuses !).

 

Il y a bien d'autres domaines que la voirie, les bâtiments et les infrastructures (fussent ces investissements nécessaires) dans lesquels il est possible de choisir d'investir. Tout est affaire d'arbitrages après concertation (qui, bien entendu, n'a jamais eu lieu dans notre cas).

 

 

"On estime qu’il n’y a pas eu assez de réunion de bureau. Etait-ce vraiment nécessaire dans la mesure où rien qu’entre avril 2008 et janvier 2009, il y a eu trente commissions d'urbanisme ?"

 

Nous l’avons déjà écrit, nous ne pouvons pas laisser dire de telles inexactitudes !

 

La Commission d’urbanisme créée par Madame le Maire au lendemain des élections de 2008, et composée d’élus et de non-élus (des citoyens), ne s’est réunie qu’une seule fois, le 14 avril 2008.  D'autres réunions ont bien eu lieu : il s'agissait de réunions de travail, réservées aux élus, qui concernaient des points précis de l'urbanisme (place Veillard, ZAC de la Bellangerie, ZAC de La Mottais).

 

En matière d’urbanisme, nous pourrions par contre rappeler le douloureux épisode de la Commission " Permis de Construire / Permis de lotir".

 

Plus sérieusement, comment peut-on faire croire que des réunions de travail (par exemple sur un sujet majeur comme la ZAC) pourraient remplacer de véritables réunions de Bureau ?

 

C’est vraiment faire bien peu de cas du rôle du Bureau municipal.

 

 

"Je tiens enfin à préciser que tous les dossiers municipaux en cours d’instruction ont toujours été à la disposition des élus qui souhaitaient les consulter. Evidemment pas besoin de l’accord du maire, le personnel administratif est toujours disponible pour les communiquer."

 

Madame le Maire, dans un dossier en cours d’instruction, vous savez pertinemment qu’il y a effectivement les écrits mais qu'il y a aussi, et peut-être surtout, tout le reste : les discussions, les rencontres, les conversations téléphoniques … lesquelles ne sont, par définition, retranscrites nulle part.

 

Lorsque la volonté des élus n’est pas de partager ces informations, que faire ?

 

 

« La pollution de l’étang communal, il y a 8 ans, a coûté 800 000 euros à la Commune. L’affaire est en justice. »

 

Cette affaire n’est malheureusement pas encore réglée et la Commune n’est absolument pas sûre de pouvoir récupérer, un jour, tout ou partie de cette somme. La prudence recommanderait donc de ne pas tenir compte d’un éventuel remboursement dans ce dossier lors de la préparation d’un Budget.

 

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 13:01

A relier également à nos précédents articles :

 

Article Ouest-France (pages Sports) : le terrain stabilisé du 1er octobre 2010
Exemple : le terrain stabilisé (suite) du 15 septembre 2010
Exemple : le terrain stabilisé du 17 septembre 2010 

 

 

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer)

 

 

2010 10 07 LaChronique FOOT 

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 13:00

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer)

 

2010 10 07 LaChronique DM 

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 16:16

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer)

 

2010 10 07 OuestFrance

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 16:12

   

Voir aussi : Notre réponse à cet article d'Ouest-France du 6 octobre 2010

 

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer)

 

2010 10 06 Ouest-France PagesCom

 

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer)

 

2010 10 06 OuestFrance PagesDep

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:45

Cette réponse fait suite à l'article paru dans La Chronique le 30 septembre 2010.

 

 

Certains propos tenus par Madame le Maire et le premier Adjoint relèvent,

au mieux, de l’inexactitude, au pire, de manipulations électoralistes

qui consistent, simplement, et une fois de plus, à se présenter en victime.

 

Voici, en quelques lignes, nos réactions à ces allégations calomnieuses.

 

(Les propos du Maire et du premier Adjoint, transcrits dans l’article en date du 30 septembre 2010, figurent ici en italique. Suivent nos réponses, en bleu).

 

 

« Nous avons été élus. Huit de nos détracteurs ont choisi de remettre leur démission. Pourquoi le Maire et le premier Adjoint retourneraient-ils devant les électeurs ? »

 

Madame le Maire omet, à dessein, de replacer les choses en contexte.

 

Le Conseil municipal comptait 21 élus dont 13 formaient l’Opposition. Nous ne souhaitions pas que le Maire démissionne (voir les articles de presse du 16 juin et du 24 juin 2010) mais, placée en minorité, nous pouvions attendre d’elle (et du premier Adjoint) qu’elle en tire quelques leçons.

 

Ceci dit, nous n’avons pas démissionné pour « imposer un scénario » à Madame le Maire et au premier Adjoint mais bien dans un souci réel d’apaisement et de clarification : nous avions parfaitement compris, tout au long de cette crise, leur entêtement à vouloir tout diriger à deux, coûte que coûte, et nous n’attendions rien de leur part en partant.

 

« Ils ont profité à chaque fois de l’absence du Maire pour se livrer à leurs manœuvres ... », souligne Pierre Travers.

 

Le premier Adjoint fait probablement allusion à :

 

·         la réunion publique du 28 mai 2010 :

 

Madame le Maire était absente à cette occasion et pour cause : jamais, depuis 2008, l’agenda du Maire ne nous a été communiqué. Nous avions donc choisi une date pour cette réunion sans avoir connaissance des congés de printemps de Madame le Maire.

 

Notons tout de même que le premier Adjoint était sur la commune et n’avait pas jugé « utile » de s’y présenter.

 

·         nos démissions :

 

Une délégation des 8 élus démissionnaires s’était pourtant rendue en Mairie le 11 septembre, soit avant le départ du Maire pour ses congés d’automne.

 

Nous invitons le premier Adjoint à consulter l’agenda de Madame le Maire.

 

Il y aurait également beaucoup à dire sur l’emploi du terme « manœuvres » par le premier Adjoint dans cet article. La bienséance et le respect de notre lectorat nous retiennent de développer le sujet (pour le moment).

 

« On peut toujours critiquer les choix qui ont été faits. »

 

Combien de fois faudra-t-il l’expliquer ?

 

Nous ne remettons pas en cause les investissements réalisés mais bien l’insuffisance des mesures prises au moment de leur réalisation pour les financer, triste conséquence du pilotage à vue que connaît la Commune.

 

Une hausse des taux d’imposition de 9% s’impose d'ailleurs à la Commune en 2010 pour, simplement, être à même de rembourser les emprunts souscrits ces dernières années. Difficile mais inévitable retour à la réalité !

 

« Nous sommes biens conscients des problèmes. Des travaux ont notamment été engagés pour améliorer le terrain de football stabilisé. »

 

Est-il bien utile de commenter ce point ?

 

« Des travaux ont notamment été engagés pour améliorer le terrain de football stabilisé » … Avec tout le succès qu’on connaît (voir les articles à ce sujet).

 

Nous pensons, à contrario, que Madame le Maire et le premier Adjoint n’ont pas pris toute la mesure des « problèmes », notamment en ce qui concerne les infrastructures sportives. Les attentes et les besoins sont nombreux dans ce domaine. Nous invitons chacun à visiter la salle des sports de notre commune (par temps de pluie notamment mais en restant vigilant – le sol peut être glissant).

 

« Nous rappelons aussi que la communauté de communes projette de construire une nouvelle salle des sports et que sur le secteur on dispose de six salles pour 12 000 habitants. »

 

S’agissant de la nouvelle salle, rappelons à notre tour, qu’aucun calendrier de réalisation n’a été communiqué (ceci est d’autant plus regrettable que le premier Adjoint de notre commune est vice-Président de la communauté de communes).

 

Nous avons souvent entendu cet argument en Conseil municipal et les Saint-Aubinais(e) doivent l’entendre : pour le Maire et le premier Adjoint, « les sportifs n’ont qu’à pratiquer leur sport dans les autres communes ». C’est oublier que près d’une personne sur 3 sur Saint-Aubin-du-Cormier fréquente les équipements sportifs, sans compter les établissements scolaires.

 

« On ne peut pas tout faire en même temps parce qu’on ne veut pas trop alourdir la fiscalité. »

 

Il fallait y penser avant Madame le Maire ! On regrettera que vous et votre premier Adjoint ne vous attardiez pas davantage sur le sujet.

 

Rappelons que ce n’est pas l’Opposition qui a exigé une hausse des impôts de 9% mais que cette hausse s’est imposée à tous.

 

Pourquoi ?

 

Tout simplement parce que Madame le Maire et le premier Adjoint n’ont pas pris les mesures nécessaires pour être à même de payer les nombreux investissements réalisés ces dernières années (y compris avant 2008).

 

Pour faire simple, cette hausse de 9% va globalement permettre de rembourser les emprunts souscrits avant 2010 (qui concernent donc des travaux déjà réalisés). Nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détail dans des articles dédiés à la situation financière de notre commune.

 

Nous pourrions même ajouter que cette hausse de 9% ne suffira probablement pas à couvrir le nouvel emprunt d’un million d’euros voté le 30 septembre dernier (lequel va être utilisé, en totalité, pour la fin des travaux de la Médiathèque et de la place Veillard).

 

Autrement dit, cette hausse, aussi importante soit-elle, ne prépare en rien les investissements futurs dont certains seront inévitables (les équipements sportifs par exemple).

 

« Beaucoup d’attaques relèvent purement et simplement de la malhonnêteté intellectuelle. Il faut arrêter de dire que nous prenons seuls les décisions (…) »

 

On peut arrêter de le dire, c’est pourtant de cette façon que les choses se passent.

 

Dernier exemple en date, le prêt d’un million d’euros contracté auprès d’un organisme bancaire et présenté en Conseil municipal le 30 septembre 2010. L’un des responsables de la banque choisie par Madame le Maire et le premier Adjoint (sans concertation ni sollicitation de la Commission des Finances) était même présent au dit Conseil afin de présenter son offre (qui, visiblement, avait déjà été acceptée en coulisses).

 

Oserons-nous taxer ce type de pratiques de « malhonnêteté intellectuelle » (ou de mauvaise foi) ?

 

« En 21 mois, nous avons tenu trente réunions de Commission d’urbanisme. »

 

Qui dit mieux ?

 

La Commission d’urbanisme créée par Madame le Maire au lendemain des élections de 2008, et composée d’élus et de non-élus (des citoyens), ne s’est réunie qu’une seule fois, le 14 avril 2008.

 

D'autres réunions ont bien eu lieu : il s'agissait de réunions de travail, réservées aux élus, qui concernaient des points précis de l'urbanisme (place Veillard, ZAC de la Bellangerie, ZAC de La Mottais).

 

Nous ne pouvons donc laisser dire de telles inexactitudes !

 

En matière d’urbanisme, nous pourrions aussi rappeler le douloureux épisode de la Commission « Permis de Construire / Permis de lotir ».

 

« En fait nos alliés sont venus nous chercher à la veille des élections en pensant nous débarquer dès que possible. »

 

Nous ne devons visiblement pas avoir les mêmes souvenirs de la campagne de 2008. Certains sont effectivement allés chercher Madame le Maire, personne n’est allé chercher le premier Adjoint.

 

Nous n’avons jamais eu l’intention de les « débarquer » à la première occasion. Si tel avait été le cas, il nous aurait suffit d’élire un autre Maire dès mars 2008. Nous aurions même pu retirer au Maire ses délégations comme cela se pratique parfois : le 12 février 2010 à Beignon (35).

 

Tout ceci relève donc de pures allégations infondées, mensongères et calomnieuses.

 

« Les électeurs auront le dernier mot au moment des élections complémentaires ... »

 

Il est à craindre que les prochaines élections ne soient biaisées : quel choix auront véritablement les électeurs ? Nous y reviendrons ultérieurement.

 

Ces derniers ont quand même bon dos : Madame le Maire et le premier Adjoint ont simplement oublié, qu’en mars 2008, ces mêmes électeurs avaient élu, non pas 2, mais 23 Conseillers municipaux.

     

« Le fractionnement du pouvoir est la plus sûre manière d'en empêcher l'abus. »  Maurice DRUON

 

 

 

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 17:42

 

Voir aussi : Notre réponse à cet article de La Chronique du 30 septembre 2010

 

(cliquer pour agrandir, cliquer une 2nde fois pour zoomer) 

 

2010 09 30 LaChronique DM 

Repost 0
Published by Saint-Aubin-du-Cormier - dans La presse en parle
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 09:59

  2010 09 16 LaChronique 12010 09 16 LaChronique 2

Repost 0
Published by cormier.over-blog.com - dans La presse en parle
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 09:58

 

 2010 09 16 LaChronique Une

Repost 0
Published by cormier.over-blog.com - dans La presse en parle
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 09:54

 2010 09 16 OuestFrance DM

Repost 0
Published by cormier.over-blog.com - dans La presse en parle
commenter cet article

  • : Pour un renouveau démocratique à Saint-Aubin-du-Cormier
  • Pour un renouveau démocratique à Saint-Aubin-du-Cormier
  • : Le blog des 8 élus démissionnaires du Conseil municipal de Saint-Aubin-du-Cormier
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

Nous voulons témoigner de ce que nous avons vécu pendant 2 ans et demi au Conseil municipal de Saint Aubin du Cormier.

Nous tenons à expliquer aux Saint-Aubinais(es) comment, dans quelles conditions, et par qui notre commune est véritablement gérée. Ce blog n'a aucune autre vocation ; il est l'oeuvre d'anciens élus : des citoyens un peu plus avertis que d'autres qui ont le devoir moral d'informer.

Recherche